Catégorie : NipLife

NipLife 050 – Les Créatifs

Les news et applications

Dossier

Citation

« En toute chose, il faut considérer la fin » – Jean de la Fontaine

Télécharger le podcast

Suite

NipLife 049 – Gagnez De L’argent Avec Des Élastiques.

Tech

Dossier

Productivité et bonheur

Petits trucs bonus

Télécharger le podcast

Suite

NipLife 048 – Résolvez Tous Vos Problèmes.

Dossiers :

Truc & astuces :

Citation :

« En toute chose, il faut considérer la fin » – Jean de la Fontaine (Le renard et le bouc)

Télécharger le podcast

Suite

NipLife 047 – Doodling!

Dossier

Le doodling ou l’art du gribouillage par Tom (notes)

Développement personnel

Tech

Citations

« Le dessin n’est pas la forme, il est la manière de voir la forme. » Edgar Degas
« Un dessin réussi prête à rire. Quand il est vraiment réussi, il prête à penser. S’il prête à rire et à penser, alors c’est un excellent dessin. » Tignous

Télécharger le podcast

Suite

NipLife 046 – Sélection d’applications gratuites et comment lire plus et plus vite

Notes de l’émission

Autre

Suite

NipLife 045 – Les mythes du Lifehacking et du cerveau

Actualités

Dossier

  • Doodle free or die!
    https://www.evernote.com/l/ACeUu43aUchGHpAM9k-ZRjbvOJl8JQE6AhQCitation

    Le dessin n’est pas la forme, il est la manière de voir la forme.
    Par Edgar Degas

    Un dessin réussi prête à rire. Quand il est vraiment réussi, il prête à penser. S’il prête à rire et à penser, alors c’est un excellent dessin.
    Par Tignous

Télécharger le podcast

Suite

NipLife 044 – Le pêle-mêle de Mat (Breathing Zone, Courriels et Services d’Alerte)

N’oubliez pas le Meetup PARIS le week-end du 24/25 janvier avec Nipsports #niptup

Dossier :

Astuces :

Télécharger le podcast

Suite

NipLife 043 – Guide d’utilisation d’Evernote avec des applications et des extensions

N’oubliez pas le Meetup PARIS le week-end du 24/25 janvier avec Nipsports #niptup

Actualités

Dossier

Citation

« La mémoire est le meilleur appareil photo qui soit. » de Kevin Spacey

Télécharger le podcast

Suite

NipLife 041 – 15 Erreurs de communication

Bienvenue dans l’épisode 41. Cette semaine on vous souhaite une bonne année et on vous parle de 15 erreurs de communications à ne plus commettre en 2015 ! Alors bonne émission.

Pensez au Meetup PARIS le week-end du 24/25 janvier avec Nipsports #niptup

Dossier :
Source :  https://www.evernote.com/l/ATe3UwhshyhKkKzaZnqAJue8zL0b-tvTLj4
Encore une composante déclinée des accords Toltèque !
Attention, rappeler que l’auteur est une femme (Carol Morgan) qui semble assez critique envers les femmes elles-mêmes…

  1. Ne pas utiliser le « nous »
    En effet, la communication n’est pas une compétition. Ou tout de moins, ça ne devrait pas l’être. Mais beaucoup de personnes voient les autres comme l’ennemi. Ils parlent en affrontant dans leur esprit : « je » et le « tu ». Vous devriez changer cet état d’esprit et vous considérer comme un groupe à part entière. Bossez ensemble, pas l’un contre l’autre. Travaillez à résoudre un problème, pas à gagner.
  2. Ne pas connecter votre regard
    Combien d’entre vous commettez l’erreur de regarder votre téléphone lorsque quelqu’un vous parle ? Ou taper au clavier de votre ordinateur ? Ou regarder la TV ? Même si vous ne vous en êtes pas rendu compte, je suis sûr que vous l’avez déjà fait. Mais nous nous sommes tous déjà retrouvé au moins une fois à la place de l’autre : quand les gens ne nous regardent pas quand on leur parle. Que ressentez-vous quand ça vous arrive ? Et oui, ce n’est pas agréable. Pourquoi ne pas éviter de reproduire ce que vous n’aimez pas qu’on vous fasse ?
  3. Couper la conversation
    Qu’est-ce que cela signifie que quelqu’un interrompe les propos d’une autre personne ? Cela signifie : « ce que j’ai à dire est plus important que ce que tu as à dire ». Ce n’est pas franchement sympa.
    // La minute de caricature :
    Les femmes tendent à interrompre parce qu’elles sont énervées et/ou parce qu’elles ont peur d’oublier ce qu’elles veulent dire. Les hommes le font plus pour s’imposer. Dans tous les cas, cela signifie : « je suis plus important que toi ».
  4. Avoir une communication gestuelle négative ou insignifiante
    // 7% de la communication repose sur le verbal, 38% représentent le ton et le son de la voix, 55% s’articulent autour de la gestuelle et des expressions du visage
    55% de la communication repose sur le langage gestuel. Plus de la moitié. Le contact par le regard en fait partie mais seulement sur une petite partie. Que dit votre postule ? Êtes-vous penché sur votre interlocuteur ou vous tenez-vous de manière hautaine, d’une manière qui veut dire « Je n’en ai rien à faire de ce que tu racontes ». Qu’en est-il de l’inclinaison de votre tête ? Qu’en est-il de la distance à laquelle vous vous tenez de votre interlocuteur ? Tous ces éléments sont des messages forts.
  5. Ne pas paraphraser et reformuler ce que l’autre dit
    Avez-vous déjà dit quelque chose à quelqu’un en ayant le sentiment qu’il n’avait pas vraiment entendu ce que vous aviez dit ? Il avait probablement dit « Mmmmm hmmmm » ou « ouais » ou « ok mais » mais vous savez éperdument qu’il ne vous avait pas vraiment entendu. C’est là où le fait de reformuler intervient. Essayez de dire quelque chose du type « Bon, j’ai compris que tu m’avais dit que mes retards t’inquiètent. C’est bien cela ? ». Cela montre à la personne que vous ne l’avez pas seulement entendue, mais aussi que vous avez pris le soin de reformuler pour montrer que vous l’aviez entendu.
  6. Faire des suppositions avant d’avoir entendu le message en entier
    En écoutant quelqu’un vous parler, vous avez peut-être déjà levé vos yeux au ciel en pensant « Oh non, je veux même pas écouter le reste… Je sais déjà ce qu’il va me dire ! ». Ne faites pas ça. Nous n’aimons pas que les gens fassent des suppositions à propos de ce que l’on dit. Alors ne le faites pas aux autres.
  7. Laisser vos émotions contrôler ce que vous dites
    Vous êtes tellement en colère que vous avez l’impression que vous allez exploser. Bon, on est tous passé par là au moins une fois. Ne laisser pas vos émotions prendre la place du conducteur. Prenez un peu l’air pour que vous ne regrettiez pas ce que vous allez dire. Puis, quand votre sens logique sera revenu à la barre, replongez-vous dans l’échange conflictuel avec le « nous ». Rappelez-vous du point 1. Vous êtes une équipe. Ce n’est pas une compétition.
    // Vous devriez aussi vous replonger dans les épisodes de méditation et de mindfulness !
  8. Ne pas poser de questions exploratoires
    // L’article original parle de « probing questions » et je l’ai traduit par « questions exploratoires » mais peut-être y a-t-il un terme plus approprié ?
    Dire des choses telles que « Dis-m’en un peu plus à ce sujet » ou « Alors, qu’est-ce que tu ressens à ce sujet ? » permet à l’autre de savoir que vous vous préoccupez suffisamment d’eux pour avoir plus d’informations. Voilà de quoi il s’agit. Demandez aux autres de participer. Cela permet de les mettre à l’aise.
  9. Faire plus souvent référence à vous et votre vie, plutôt que de s’intéresser à la leur
    Si vous ne demandez jamais à l’autre ce qu’il se passe dans sa vie, vous aurez tendance à rester autocentrés. Je connais des personnes qui font systématiquement référence à eux, ou leurs expériences, à chaque que nous discutons ensemble.
  10. Avoir besoin de « gagner » une confrontation
    Je vais le dire encore une fois : les relations ne sont pas des compétitions. Admettre que vous avez tort n’est pas un signe de faiblesse. C’est un signe de maturité. Personne n’a tout le temps raison. Ne pensez pas que vous avez à « gagner ». Reconnaître vos erreurs ne vous enlève pas du pouvoir. Cela montre que vous êtes quelqu’un de bien car vous êtes honnête.
  11. Attaquer les autres au lieu de ce qu’ils ont à dire
    // Référence au système éducatif ?
    Combien de fois avez-vous dit (ou entendu) quelque chose du type : « Mais tu es trop con ! C’est pas possible ! ». Et peut-être l’avez-vous regretté ? Vous devriez. Nous avons tous des comportements incorrects de temps en temps. Et nous sommes pas toujours d’accord avec ce que tout le monde dit. Mais vous êtes en désaccord avec des propos ou des actions, pas des personnes. Ne détruisez pas l’estime que les autres ont d’eux-même. Aidez-les à se construire.
  12. Attendre des autres qu’ils lisent dans vos pensées
    // Alerte ! Encore un message misogyne ?
    Personne ne le peut. Alors pourquoi espérer que les autres le fassent ? Les femmes tendent à commettre cette erreur plus souvent que les hommes, en utilisant plus souvent le langage indirect. Mais si vous voulez vraiment que l’autre vous comprenne, vous devriez parler directement. Sinon, vous ne pouvez pas le tenir responsable s’il interprète mal votre message crypté.
  13. Céder du pouvoir en choisissant mal vos mots
    Les femmes tendent à utiliser un langage qui « victimise ». Il s’agit du langage qui est particulièrement poli, mais qui donne du pouvoir à l’autre. Par exemple : « Désolé, est-ce que vous dérange ? ». Ce qui laisse l’opportunité à l’autre de répondre : « Ben oui, vas-t’en ! ». Ou alors : « C’est sans doute une idée idiote mais… ». L’interlocuteur peut alors répondre : « Oui, c’est vraiment stupide. ». Ne vous mettez pas en situation de faiblesse avec les mots.
    // Anecdote du coup de fil « J’ai une question très con… »
  14. Laisser quelque chose vous distraire de votre pleine attention
    // Rejoint le point 2.
    Votre téléphone. Votre TV. Vos pensées. Votre attitude. La liste est longue des éléments qui peuvent vous empêcher de prêter attention à quelqu’un qui vous parle. Soyez attentif à ces perturbations. Si vous n’y faites pas attention, cela envoie le message à l’autre qu’il y a plus important à faire que de communiquer ensemble.
  15. Ne pas faire preuve d’empathie et réaliser que cette perception est la réalité
    Vous voyez les choses d’une certaine manière. Quelqu’un d’autre va les voir d’une autre manière. Qui a raison ? Parfois, il n’y a pas de raison ou de réalité objective. Cela va changer en fonction de qui nous sommes. De droite ou de gauche ? Homme ou femme ? Âgé ou jeune ? Religieux ou athée ? Avoir de l’empathie et réaliser que l’autre a un véritable vécu personnel est la clé de donnes relations.

Être un bon communiquant demande des efforts. C’est comme devenir un bon athlète, vous devez mettre en place des actions concrètes et faire des exercices pour y parvenir. J’espère que vous prendrez ces 15 points à coeur et que vous allez commencer à les appliquer immédiatement. Et n’hésitez évidemment pas à les partager autour de vous également. Je vous souhaite des communications heureuses et saines !

Astuces
Un outil de Workflow video : Youscreenit
Mindfulness en voiture

Citation
« La communication est une science difficile. Ce n’est pas une science exacte. Ca s’apprend et ça se cultive. » – Jean-Luc Lagardère

Télécharger le podcast

Suite