Niplife 028 – Initiation à la Méditation

Bienvenue dans Niplife 28. Cette semaine, une intro sans accent et on vous initie à la méditation. Alors bonne émission !
Actualités

Astuces

Dossier

Liens utiles

Citations

  • « La méditation c’est une conscience claire de tout événement, un souffle apaisé, un accord avec le monde » – Blaise Pascal
  • « Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait 10 fois le tour du monde mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même » – Ghandi
  • « Plus le champs de la pensée s’élargit, plus la patience et la tolérance augmentent » – Ostad Elahi, Philosophe et musicien Iranien

Podcast: Téléchargement
Episode 028

20 réponses sur “Niplife 028 – Initiation à la Méditation”

  1. Hello, petit retour de @LesSondiers concernant votre son.
    (je ne commente pas le contenu. Ça me plait bien dans l’ensemble, j’apprends – ou je confirme – plein de trucs et j’ai plaisir à vous écouter – faites seulement attention à une expression que vous employez un peu à tour de bras : zone de confort. Pas que ce soit inapproprié, mais juste lassant à mes oreilles : il apparait systématiquement au moins une fois, souvent plusieurs, à chaque épidose. Pas grave non plus. Juste une remarque en passant, hein 😉
    Retour au son qui est ma « spécialité » de home studiste et d’animateur de podcast :
    – Je vous conseille de placer dans votre chaine du son un coupe-bas afin de réduire les infrabasses qui finissent par grésiller désagréablement.
    En général (c’est à affiner, évidemment) on règle le coupe bas à la fréquence de 100 hertz pour une voix masculine, sauf si c’est Barry White. L’idée est que en dessous de ces 100 hertz, il n’y a vraiment rien d’interessant dans la voix. La partie interessante se situe entre 300 et 4-5000 hertz (les sifflantes sont à 7-8000 hertz et au dessus de 10,000 hertz, on est dans les harmoniques aigus qui n’ont plus grand interêt, du moins pour de de la radio).
    Donc en coupant tout ce qu’il y a en dessous de 100 hertz, on retire en grande partie le bruits de fond, les animateurs qui tapent sur leur clavier pendant l’émission (si, si, il y en a), ce qui fait poc poc dans les écouteurs, et on anticipe sur une remontée des basses qui aura lieu fatalement pendant la conversion en MP3 pour la diffusion en podcast
    Ça peut se faire soit directement à la prise de son : Sur votre console, mixette ou préampli physique en baissant le potard d’equalisation dédié aux graves; sur les micros s’il a un switch (pour de la voix, l’enclencher systématiquement, de toute façon), sur votre logiciel avant la diffusion si c’est possible, sur tous les trois, pourquoi pas ; soit le faire après enregistrement avant d’exporter le MP3 final que vous diffusez en podcast (je ne crois pas que vous diffusez en live, si ? Moi j’écoute toujours en podcast, de toute façon).
    Notez que si vous enregistrez votre émission en MP3 et que vous la retravaillez (ne serait-ce que pour rajouter les jingles) et re-exportez en MP3, il y aura fatalement une remontée des basses qui peut-être désagréable. Donc il est important de placer ce coupe bas avant de re-exporter, même si on a pu filtrer le maximum de basses à la prise. Faut juste doser le réglage pour que ça reste plaisant à l’oreille.
    J’ai rédigé un petit topo sur les principes et le réglage logiciel d’un coupe bas, si vous voulez en savoir plus, c’est ici : http://wiki.netophonix.com/Coupe_bas
    – Les micros, surtout les bons micros, sont très sensibles au chocs. Taper sur le clavier, toucher à la table, tapoter du doigt, et même heurter le sol, va faire remonter le bruit (souvent des basses, comme par hasard) dans le micro. Il faut donc absolument le découpler de ces surfaces.
    Plusieurs solutions sont possibles (et on peut les cumuler pour renforcer l’efficacité) : mettre le micro dans une suspension élastique. Ça marche relativement bien tant que les elastiques restent efficaces. Après un certain temps, variable, les élastiques se détendent ou durcissent et l’amortissement est moins efficace ; placer le micro sur un pied de micro qui ne touche pas la table, posé au sol, par exemple, ou sur une table voisine qu’on ne touchera pas pendant l’émission, ou un pied de micro de type « lampe d’architecte » fixé sur un mur ou un élément différent de la table ; et surtout faire une boucle avec le cable pour qu’il ne pende pas directement du micro à qui il transmettrait aussi les vibrations. (C’est ma solution actuelle : un pied de micro de type « lampe d’architecte » fixé sur le marbre de la cheminée qui se trouve à proximité de mon bureau, le micro (un studio project b1 mk2) est dans sa suspension d’origine et le cable remonte sur le bras de la lampe avant de rejoindre ma carte son externe).
    Auparavant, j’avais placé mon micro sur un pied de table, posé sur quelques épaisseurs de mousse souple. Ça marchait aussi, mais pas aussi pratique que ma solution actuelle.
    Evidemment on peut ajouter aussi un gate. C’est un systeme qui va « ouvrir » le micro seulement lors qu’un son suffisament fort arrive, et le laisse « fermé » quand les sons sont trop faibles. Ça existe sous forme matérielle mais bien souvent on va leur préférer un plugin.
    Bien réglé, le gate peut aussi garantir que les bruits faibles tels que taper sur son clavier n’enclenchent pas l’ouverture du micro, mais que dès que l’animateur parle, le micro s’ouvre (quasi) instantanément.
    Attention à bien le régler sous peine qu’il ne devienne soit inutile (ouvert en permanence), soit qu’il hache la voix de l’animateur en s’ouvrant trop tard, ou en se coupant trop tôt, parfois même pendant une phrase.
    Voilà !
    Bonne continuation, si vous avez des question il suffit de me contacter sur mon eMail et n’hesitez pas à écouter Les Sondiers sur la web radio Synopslive (http://synopslive.net/emission/les-sondiers) 😉
    Have fun !
    Serge alias Blast

    1. Ah les circuits électroniques (filtre) passe haut et passe bas.. toute ma jeunesse. Je suis pas podcasteur, mais ton commentaire est intéressant à lire et instructif!

  2. Bonjour,
    Merci pour cette épisode sur la méditation, avec tes explications j’ai vraiment l’impression que je pratique la une forme de meditation avant de me coucher. Si je ne fais pas cette exercice de ne penser à rien je ne peux pas dormir.
    L’exercice de se dire une phrase dès que notre esprit dérive cela fonctionne vraiment très bien pour moi.
    Exemple, si mon esprit commence à penser, je me dis la phrase « ne pense a rien » plusieurs fois.
    Je vais m’y essayer, dans les prochaines semaines. J’avais essayé il y a quelques mois mais je n’étais pas assez régulier.
    Un truc qui serai intéressant: Mettre le temps de début de chaque partie. Quand on a pas une heure ça permet de trouver le début de chaque grand chapitre (Actu/astuces/dossier)
    Encore merci pour votre investissement, et d’aborder des sujets aussi intéressant.

  3. —————————————————————————————————
    « – Je suis une vache !
    – Ah bin c’est intéressant quand même…. » (petit rire à demi caché…)
    —————————————————————————————————
    Mais quel épisode !! Du très grand Niplife, (bon sans Caribou quand même :))
    Tom, t’es un grand Monsieur !
    Tellement d’informations en si peu de temps, je vais devoir écouter cet épisode 5 fois pour tout retenir…
    Ca fait longtemps que je veux me lancer dans la méditation, sans vraiment oser car pas de repères, ni de méthodes… C’est complètement aligné avec l’épisode sur les mini-habitudes… J’adore !
    Si je peux revenir sur mon intervention de la dernière fois…
    En fait, je ne voulais surtout pas te critique hein Tom… Je sais que tu ne l’as pas mal pris, mais je tiens à clarifier quand même (si y a des gens qui lisent un peu ce que j’écris 😉 )
    –> Je suis architecte IT dans les assurances (en Belgique), et j’ai eu pas mal de formations sur le « feedback négatif »… C’est toujours très compliqué à faire pour ne pas avoir un impact négatif sur la personne qui fait déjà de son mieux pour faire des choses…
    Dans cette optique, j’avais appliqué la méthode « DESC »
    (http://artwebbook.wordpress.com/2009/12/28/la-methode-d-e-s-c-ou-comment-resoudre-les-problemes-2/) pour te faire un feedback…
    C’est une méthode très efficace (vous aviez déjà parlez de MBTI et autre méthode de catégorisation, mais pour le feedback, il ne me semble pas que vous en aviez parler… peut-être me trompe-je…)
    Voilà, je voulais juste cette fois-ci te faire un feedback positif, sans aucune forme de technique : t’es un grand Monsieur, car, pour moi, l’humilité est la seule représentation de la grandeur de l’âme…
    Félicitations pour cet épisode, à vous deux, et j’aspire déjà la semaine prochaine 🙂

    1. Merci une fois de plus Thierry. Content que tout cela t’inspire. Je fais NipLife pour cela et si je peux améliorer un tout petit bout de votre vie à vous, poditeurs, j’aurais réussi.

  4. Pour la programmation en français, pour info/rappel, ils le font à l’école, on appel ça de l’Algorithmique.
    Et encore, on peut s’estimer heureux de ne pas voir ces « francisation » peu utilisées dans la langue courante (à la TV on continue d’utiliser sites web, emails…), ceux qui respectent ce genre de traduction sont les quebecquois 😉 Ecoutez le podcast bloguelinux.ca pour entendre les animateurs utiliser des « traductions » de mots que vous connaissez en anglais 😉
    Et mieux encore, pour les amoureux de la langue de molière, vous pouvez coder « en vrai » en français avec Linotte : http://langagelinotte.free.fr/wordpress/
    Ca peut etre interessant pour les enfants, débutant en programmation de passer d’un schéma algo (en français) à une programmation algo également en français 😉

    1. Je vois que la programmation en Français utilise la « francisation », c’est la même chose en sciences, pour ma part j’ai fait me études en France en Biologie, tout est traduit et à un équivalent en Français alors que 95% des publications scientifiques se font en Anglais. Il faut donc à un moment ou à un autre lire des articles en Anglais, interagir avec d’autres personnes en Anglais et re-basculer sur le Français pour les documents rendus aux professeurs.
      En 2005 lors de ma soutenance de stage d’ingénieur, après avoir passé 6 mois aux USA, fait un rapport en Anglais… Il a été demandé de faire la présentation en Français (sauf pour ceux qui avaient leur responsable de stage Anglophone présent).
      Je suis bien d’accord qu’il faut des termes Français pour expliquer les choses au commun des mortel mais il faut aussi trouver l’équilibre et lorsque l’on est dans le domaine professionnel (ou dans les formations professionnels) il faut utiliser/enseigner ce qui est utilisé couramment. L’ouverture sur le monde (qui passe en général par l’anglais) est obligatoire de nos jours et il faut pouvoir échanger avec les autres dans un langage commun tout en conservant notre culture et exception francophone par ailleurs.
      Merci mikado pour tes commentaires (et messages google +)

      1. Je suis d’accord: certains termes doivent être juste « intégré » à notre langue:
        Par exemple, on utilise « week-end », et les anglophones utilise « rendez-vous » 😉
        Comment traduire des métiers comme webmaster ? designer ? ou UI/UX Designer 😉
        De rien 😉

  5. Pour le confort au travail, on a de bons fauteuils, mais j’essaie de faire passer l’idée d’avoir des bureaux debout, mais c’est pas ça encore: au mieux ça fait sourire 🙁
    D’ailleurs ça pourrait faire l’objet d’un nipLife, non ?
    En parlant de matelas, oubliez pas de le retourner: sur les matelas il y a deux coté: été et hiver
    Ca permet
    1. d’éviter de toujours faire la même pression sur celui-ci
    2. le coté été est censé être plus « frais » que le coté hiver
    Pour ceux que ça intéresse: http://www.bienchoisirsaliterie.com/blog/2011/08/01/il-fait-chaud-on-retourne-son-matelas-bienchoisir-se-penche-sur-les-faces-ete-hiver-de-vos-matelas.html
    ou sur Epeda http://www.epeda.fr/Comment-puis-je-reconnaitre-la.html
    Pour google+, je partage souvent des articles,tweets dessus, mais j’ai très rarement des retours 🙁
    Une comunauté, c’est un cercle vicieux ou vertueux selon que l’on réponds aux posts 😉
    Note: pour soundclound, j’écoute votre podcast sur Itunes, donc pas d’intéret à passer par soundclound, retrouver ma minute pour y ajouter un commentaire 🙁

  6. on a des tables hautes à mon taff, où on peut travailler debout… Bon ok, c’est pas loin de la machine à café, mais j’adore y aller… Pour bien travailler, j’ai besoin de bouger, de me remuer, et surtout de faire autre chose au milieu, pour mieux plonger après… D’ailleurs, il me semble qu’on avait dit dans NipLife que De Vinci faisait 5 choses en même temps pour être plus efficace ? (je me compare pas à lui hein 😉 pas le niveau, pas du tout du tout du tout 🙂 )

    1. On a également des tables hautes à la cafet, mais je ne travaille pas sur portable, je vais donc pas déplacer mon écran 23 pouces + ma tour dans la cafetaria avec une rallonge ethernet de 25 mètres 😉
      Je pense en plus que l’on pourrait avoir des bureaux haut, avec des chaises hautes: ainsi on aurait le choix 😉

          1. on chercher tous des solutions aux quelques kilos qu’on a pris je vois 🙂
            (vraiment original comme idée… Quoique j’aimerai pas me ramasser une gamelle avec un truc comme çà autour du cou 🙂 )

  7. Merci pour ce podcast, je m’attarde sur la méditation: j’écoute principalement mes podcasts au boulot, en bossant. Étant intérieurement une boule de nerf permanente, en écoutant le podcast, j’ai tenté d’appliquer les conseils: dos droit, respirer plus régulièrement, profondément, essayer de sourire un peu… Effet instantanné.
    Du coup, oui, ça donne envie de continuer.
    Merci 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.